“A for Ameraucana”

A la fin de l’été dernier, ma voisine Ashling, une jeune brune sympathique, cherchait une cabane de pêche sur glace à vendre. Elle l’a transformé en poulailler, en construisit un escalier et un perchoir où les volailles pouvaient dormir.

Devant le poulailler, elle installait une clôture pour élargir l’espace en plein air des dix-huit poules et du coq. À droite du portail, elle avait accroché une boîte aux lettres et l’utilisa pour vendre ses œufs en libre-service.

Un jour ensoleillé, Ashling acheta au City Market quatre poules et un petit poulailler qui fit paraître l’autre beaucoup plus grand.

Un autre jour moins ensoleillé, elle retourna chez elle avec quatre canards et une petite piscine pour que les canards puissent barboter. Elle a grandi la clôture et fit une terrasse pour les canards. Mais l’espace de la clôture en plein air était encore trop petit pour toute la volaille.

Cela faisait un an que la poule bleue avait été presque dévorée par un raton laveur. Kerof le mari d’Ashling l’entendit crier et la sauva de la gueule de l’animal en tirant un coup de feu.

Il y a un mois, Kerof quitta la maison avec son mini-barbecue et son chien aveugle.

Personne ne sait pourquoi.

Scrappy la poule bleue a eu peur de tout après cette nuit. Elle a commencé à manger les œufs. Les autres poules ont commencé à picorer les plumes de Scrappy la poule.

Sa tête et son dos n’avaient plus de plumes. Par conséquent Ashling l’empêcha d’entrer dans le poulailler pendant les jours et les nuits.

Une nuit de pleine lune, j’entendis la poule bleue crier.

Ses cris ne ressemblaient pas au gloussement d’une poule.

Mais le silence qui suivit était celui de la Mort.

Le lendemain, toutes les poules étaient calmes et la famille de ratons laveurs dormait.

Dans le jardin derrière la maison fait en bois gris, il y a un poulailler.

“I wanted to contribute something to the abécédaire that allowed me to mark the special moment of learning a new language. Grammar mistakes, accents, and mispronounced words are considered errors, but I see these traits as the rendezvous of different worlds that make one’s native language seem foreign and a foreign language feel closer to home.” -Ana Paulina Lee

Each year, the Fellows and staff of the Institute for Ideas and Imagination participate in making our “abécédaire.” Each one chooses a letter, and a word that starts with that letter and explains why this word is important, and what it means to him or her.

Ana Paulina Lee
Brazil/United States

Ana Paulina Lee is an author and cultural historian. She is a faculty member at Columbia University where she teaches courses on Asian and Latin American cultural and historical connections. She is the author of Mandarin Brazil: Race, Representation, and Memory (Stanford University Press), winner of the 2019 Antonio Candido Book Prize for Best Book in the Humanities.

MORE CAHIERS

The Art of Walking: A Conversation with William Sharpe
Fiona Sze-Lorrain
FEBRUARY 26, 2024
Maryse Condé: the un-Conformist
A conversation between Maboula Soumahoro and Pierre Force
FEBRUARY 22, 2024
The Emperor’s Lost Daughter
A conversation between John Phan and PHAN Công Tâm
FEBRUARY 19, 2024
Irreparable Evil
A conversation between David Scott and Eric Schwartz
JANUARY 18, 2024
L for Longing
Ersi Sotiropoulos
DECEMBER 18, 2023
Les Parapluies du 14ème
Walter Frisch
SEPTEMBER 25, 2023
Reimagining the Digital Code
MAY 16, 2023
The Honey Window
Kate Daudy
MAY 12, 2023
A Man Contemplating his Life
MAY 11, 2023
Post-Civil War America and Anti-Asian Racism
MAY 5, 2023
We use cookies to enhance your experience of visiting this website. Find out more.
REJECT